Aurillac des Royaumes Renaissants

Forum non-officiel de notre ville
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 [RP] Le calino-jardin d'Aurillac - renaissance

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Antonia
Déesse du flood
Déesse du flood
avatar

Nombre de messages : 1029
Age : 33
Localisation : Aurillac
Date d'inscription : 14/10/2005

Feuille de personnage
Niveau: 3

MessageSujet: Re: [RP] Le calino-jardin d'Aurillac - renaissance   Mar 4 Sep - 22:13

Ascyla a écrit:
Ascyla arriva capuche sur la tete au calino, la nuit était noire, le gros la suivait de prés.

Oh toi ça vas me colle pas comme ça, je vais pas me perdre.

Elle fouilla les alentours voir si quelque personne ne sa baladait pas, elle ne vit personne à la fois rassurée et déçut elle espérait mettre un peu de sang, dans cette endroit trop vert à son gout.

Bon le gros ramène tes fesses ici, tu sais comment faire un feu, alors vas y active toi, ramasse tout ce que tu pourras trouver, moi je surveille, les alentour à la recherche de chair fraiche.

Elle le regarde tu veux pas que je te pousse ou te face de la lumière, elle pose son poignard sur son ventre, aller le gros bouge avant que je te transperce.

Anonymous a écrit:
Le tavernier qui etait bien gentil jusque la en avait marre que la demi portion lui dicte ce qu'il devait faire alors il l'attrappa par le col lui prit son poignard puis il lui dit

Bon toi la truie tu te calme les poux dans ton genre je les ecrabouille ok alors va chercher du bois toi meme .

Il la reposa a terre

Et si tu t'avise de me donner un ordre je te tranche sec ...

IbnZiad a écrit:
Ibn qui s'ennuyait décida de faire un petit tour dans le jardon et apperçu deux individus, il grimpa sur son arbre pour les regarder il était curieux... ça fesait un bout de temps qu'il n'avait pas vue d'étranger

Ascyla a écrit:
Ascyla fut soulevé, tout à coup par le gros, qui enfin se rebeller, et bien c'est pas trop tot, dit elle en rigolant.

Je me doutais bien que tu étais moins calme que ce que tu en avais l'air
.

Lorsqu'elle fut reposé au sol, elle le regarda, son regard devint vide, en quelque seconde elle passa derrière le gros dégaina son épée et frappa violemment dans son dos avec.

Elle revint calmement devant lui est ramassa son poignard qui était tombé à terre.

Son regard redevint noir
, ne t'avise plus jamais de me toucher le gros, j'ai l'air toute fragile d'apparence, mais tu sais pas ce dont je suis capable.
Repose une fois tes mains sur mon poignard ou moi, tu sauras pourquoi on n'a ces surnom là Arioald et moi
.

Elle se pencha au sol lorsqu'elle sentit le gros tenter de la plaqué au sol, elle tourna sur elle même et planta son poignard dans le bide du gros, qui posa sa tete sur son épaule.
Ils étaient comme enlacé le gros embroché sur son poignard
.

IbnZiad a écrit:
Ibn regardait la scene avec non-chalance, il gardait son arme prés de lui au cas où un troisième ferait son apparition....

Arioald a écrit:
Comme souvent à la nuit tombée, Arioald vint faire un tour au calino-jardin, histoire de chercher quelques damoiselles et damoiseaux à détrousser.

Il s'avançait prudemment entre les arbres lorsqu'un mouvement attira son attention : un jeune homme visiblement en mal d'aventure extraconjugale grimpait dans un arbre, probablement pour attendre l'heure d'un rendez-vous coquin.

Il n'y prêta guère plus d'attention, ayant oublié sa fronde dans son nid délabré, il décida de ne pas en faire sa première victime de la soirée.
Mais le jeune inconnu semblait observer quelquechose avec beaucoup d'intérêt.

Arioald s'avança alors pour découvrir un détritus humain allongé par terre sur ... :?
... sur ... Shocked
... sur Ascyla ! Evil or Very Mad


Alouquaaaaaaaaaaaaaa !

Arioald prit de l'élan et à l'issue d'un bond immense atterrit des deux pieds sur les reins de celui qu'il reconnut comme le borgne du Rat d'égout.

Espèce de crevure tu vas voir !

Pris dans une rage folle, Arioald attrapa le tavernier par le col, le décolla du sol et le jeta sur le côté, lui décochant un coup de talon au passage.
Il se pencha ensuite sur Ascyla, qu'il attrapa par les cheveux pour la remettre debout.


Et toi, espèce de garce, à quoi tu joues ?

D'une rotation du bassin, il prit alors de l'élan pour gifler Ascyla du revers de sa main gantée de cuir...

IbnZiad a écrit:
IbnZiad regardait la scene ( ça me rappel un film ) et le troisième homme faire son entrée en trombe, il pensa : "quel drôle de famille, ils s'aiment ça se voit. Ca c'est de l'amour ou je m'y connait pas " Twisted Evil "

Ascyla a écrit:
Ascyla cloué au sol le gros sur elle tenta tant bien que mal de le pousser sur le côté c'est alors qu'elle entendit un hurlement.

Alouquaaaaaaaaaaaaaa !

Elle eu à peine le temps de reconnaitre la voix de Arioald que déjà ce dingue c'était jeter sur le gros lourdeau et l'avait balancé de côté permettant ainsi à Ascyla de respirer.
Elle prit une grande inspiration et se retrouva debout tenu par les cheveux.


Espèce de dingue lache moi, hurla t'elle.

C'est alors qu'elle aperçut la main ganté de cuir, de son compagnon, se poser sur sa joue en un long claquement, la propulsant au sol.

Elle se releva et accroupi elle jeta un regard vers lui
.

Abigor, Mais t'es malade, comment ça à quoi je joue?? Qu'est ce que tu crois que sa m'amuse d'etre écrabouillé par un lourdeau comme cette chose.
T'es cinglé mon pauvre, va te faire soigner, j'ai autre chose à faire qu'a me taper un tavernier
.

Elle se releva se dirigea vers le gros et récupéra son poignard elle se retourna et s'avança auprès de Arioald.

Vas y espèce de fou comment je fais pour bruler ce jardin maintenant.

La colère aidant, elle ne se retint pas d'avantage son regard se changea, elle avança sa tete vers arioald, passa sa langue sur ses lèvre et au meme moment lui balança un coup de poing dans le bas ventre. Puis elle leva son poignard et lui posa sur la gorge.

On ne me giffle jamais, tu le sais très bien Abigor tu n'es pas mon père pour faire ça.

Elle ricana.

IbnZiad a écrit:
épisode 3 : Ibn admirait avec quelle aisance, la femme frappait mais il connaissait la suite un homme pareil ne va pas se laisser faire, il était curieux de connaitre la suite de leur dispute ...

hrp : ça fait genre feux de l'amour mais sans l'amour, faut aimer moi je regarde

remedios. a écrit:
Remedios arriva au calino jardin et entendit des bruits inhabituels. Elle se dirigea vers l'arbre d'Ibn en silence et grimpa rejoindre son ami. Elle lui fit un bisou et regarda le spectacle qui se deroulait a leurs pieds

IbnZiad a écrit:
Ibn chuchota a Rem salut Rem, tu veux un peu de pop-corn?
bon je te resume, le grosse masse c'est un gros qui a voulu violer la fille, mais elle est forte elle l'a tabassé mais le gros est tombé sur elle. Le compagnon de la fille est venu a ce moment, il a frapper la fille et le gros ( j'imagine pour le plaisir, mais bon c'est un gros il sent rien donc ça va ) .....mais la fille a menacé le gars je suis sur qu'il va la tabasser c'est pas du genre a se laisser frapper par une femme, mais bon faut dire que la fille c'est pas une tendre non plus :p

Arioald a écrit:
Humpffffffff

Arioald était plié en deux par la douleur et sautillait sur place...
De loin, on aurait dit un Yango, mais en beaucoup moins sympathique.


On ne me giffle jamais, tu le sais très bien Abigor tu n'es pas mon père pour faire ça.

Quand il eut à peu près récupéré ses moyens, Arioald réussit enfin à répondre.

Ton père, mais de quel père tu me parles ? Tu l'as jamais connu !
Je t'ai rammassé dans un caniveau, tu connaissais même pas ta mère.
T'as toujours vécu dans un lupanar, pauvre mythomane.


Il se laissa tomber par terre pour reprendre son souffle, mais son coccyx heurta quelquechose ...

Aïe !
Manquait plus que ça ! Je m'assied sur la tête de ce gros lard !
Il y a des acres d'herbes et de feuilles mortes, et je m'assieds sur la seule tête de tavernier borgne de tout le calino-jardin !
Je suis vraiment verni !


Tout en parlant, il attrapa le poignard caché sous sa chemise et le lança vers Ascyla qui le regardait de haut les poings serrés sur la taille.

remedios. a écrit:
Merci pour le résumé Ibn Murmura Rem qui prit du popp corn que lui tendait son voisin C'est mieux que les pieces de théatres que j'ai vu jusqu' a maintenant!!

Et elle continua a regarder pour voir ce qui allait suivre

IbnZiad a écrit:
regardes, là, il est ennervé il va se venger sur eux, ( moi je ferais ça a sa place) ou bien il va s'en prendre au jardin, faut dire qu'au moins il rend pas les coups lui

Ascyla a écrit:
Ascyla ne comprit pas tout à l'histoire, là pour une fois, elle trouvait Arioald étrange, d'habitude il était normal.

Elle le fixait se retenant de lui planter son poignard dans le ventre.
Par contre ce dernier ne se retint pas de jeter le sien en direction d'Ascyla, qui bloquait par les baragouinement d'un Arioald assit sur la tete du borgne, n'eu pas le temps d'éviter le poignard qui vint se planter dans son épaule.

Elle hurla de douleur tombant à genoux au sol, elle releva la tete
espèce de chien galeux, je suis pas une putain. Elle posa sa main sur son épaule de laquelle le sang coulait sur son corps et au sol.

J'ai peut etre pas connu mes parents, mais au moins les miens ne me battaient pas et ne m'enfermaient pas des journées entière sans manger.
Et tu m'as peut etre trouvé dans un caniveau, mais c'est moi qui t'es ramener complètement bourré incapable de mettre un pied devant l'autre jusqu'à mon lupanar comme tu dit
. Elle hurla encore une fois en tentant de tirer sur le poignard qui lui déchiquetait l'épaule la lame sortit quelque peu mais la douleur trop intense l'empècha de le sortir entièrement.

Tu étais totalement ensanglanté, Abigor, tu ressemblais à rien, c'est moi qui ais fait de toi ce que tu es aujourd'hui pauvre fou.

Elle hurla une troisème fois, avant de lacher le poignard, elle se vidait de plus en plus alors que Arioald était tranquillement assit sur la tete du gros.

Toujours les genoux au sol elle laissa sa tete tomber et souffla, elle prit une profonde inspiration et releva cette dernière le regard vide dirigé vers Arioald. Elle attrapa de sa main gauche un morceau de bois qui trainait a coté d'elle et dans sa main droite se trouvait son poignard.
Elle lança les deux de toutes ses forces en direction de Arioald qui n'avait pas bougé.

Elle retomba au sol, ventre à terre
.

_________________
Tu vois Ibn, je la mets déjà ici, ma breloque^^, merci mon cœur pour cette bannière Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://aurillac-renaissant.actifforum.com
Antonia
Déesse du flood
Déesse du flood
avatar

Nombre de messages : 1029
Age : 33
Localisation : Aurillac
Date d'inscription : 14/10/2005

Feuille de personnage
Niveau: 3

MessageSujet: Re: [RP] Le calino-jardin d'Aurillac - renaissance   Mar 4 Sep - 22:53

IbnZiad a écrit:
épisode 5 :
bon Rem tu vois, là c bon elle est tombé, soit il va abusé d'elle puis la sauver soit il va l'achever. Mais bon vu son regard il l'aime, j'opte pour la premiere solution ou une variante de celle-ci.
j'aime bien cet épisode, pas vous les amis ( je devais la placer celle là )

remedios. a écrit:
Moi je pense qu'ils vont tous mourir!!
Et se retrouver en enfer!!
on parie?

IbnZiad a écrit:
ma Rem adorée, la mauvaise graine ne meurt jamais, crois moi, mais bon on peut toujours l'éloigner on verra bien 😉

Arioald a écrit:
Tu étais totalement ensanglanté, Abigor, tu ressemblais à rien, c'est moi qui ais fait de toi ce que tu es aujourd'hui pauvre fou.

Ouais, ce que je suis ... ben tu parles d'une réussite ... Rolling Eyes

Il la regarda quelques instant se tordre de douleur, puis décida de passer à une activité plus lucrative.
Il se retourna donc et se mit à genou afin de faire les poches du tavernier évanoui lorsqu'une branche le frappa sur la nuque et une douleur vive lui transperça le postérieur ...


Arghhhhhh !

Il porta une main à ses fesses et retira d'un coup sec le poignard profondément planté.

Nom de %$£#*% de nom de %$£#*% !
C'est pas vrai ça !
...
3 écus et 20 deniers, c'est tout ce que ce porc a sur lui !!!!


Il regarda ensuite le couteau qu'il venait de retirer, reconnut le poignard d'Ascyla, et le jeta dans un arbre derrière lui ...
Il se releva péniblement, puis commença à s'éloigner avec en guise de protection une main devant une autre derrière...


Grrrrrrrrrr ...
Tu m'énerves ! Amuse-toi avec ton tavernier borgne, moi je suis fatigué, j'ai les roupettes en feu et l'arrière-train qu'est plus étanche ...
Je vais me coucher ! Quand tu seras calmée tu me feras signe !

IbnZiad a écrit:
Episode 6 : tu vois, ça c'est le coup classique, du bluf total, digne de ....PATRIIIIIIIICK. Il relance et elle le suit, puis il fait croire qu''il va se coucher mais elle a de quoi suivre alors il est grillé * puis Ibn se servt un peu de pop-corn* j'ai deja vu ce jeu c'etait mike tyson contre coppola en 1435.

( je m'éclate a vous commenter les jeun's, continuez )

Ascyla a écrit:
Coller au sol, Ascyla se releva au bout d'un moment, en voyant Arioald retirer le poignard de sa fesse.
Malgré la douleur elle éclata de rire, de le voir ainsi.
Son poignard se trouvait fixait dans un arbre non loin d'elle. Alors qu'elle avançait lentement pour le récupérer elle entendit Arioald bougonner


Tu m'énerves ! Amuse-toi avec ton tavernier borgne, moi je suis fatigué, j'ai les roupettes en feu et l'arrière-train qu'est plus étanche ...
Je vais me coucher ! Quand tu seras calmée tu me feras signe !


Quoi te couché alors là tu rève, elle ramassa un branchage au sol qu'elle jette en direction de Arioald, qui partait en la laissant ici. Le branchage s'enroule dans ses chevilles ce qui le fit tomber au sol.

Partir comme ça, tu rève je te dis, c'est ton poignard vient le récupérer, tu me gonfle avec tes conneries, j'ai mal, je saigne et tu te casse, hors de questions. Tu ne pars pas temps que ce poignard et dans mon épaule et que je me vide de mon sang.

Tout en disant celà elle attrapa son poignard planter dans l'arbre et leva la tete entendant des voix de la haut, elle distingua deux personnes, mais ne put les reconnaitres.

Hum et bin en plus on est meme pas seul, vala qui est top, bravo Abigor on a des témoins sympas. Tu me jette un poignard dans l'épaule devant témoins. Voilà tu vas m'obliger à les faire descendre et à leur trancher la gorge pour pas qu'il parle.

Elle fit style de grimper à l'arbre et jeta son poignard qui passa à quelque centimètre de l'homme qui parlait. Le poignard redescendit doucement dans la main de Ascyla.

Elle avança vers Arioald cloué au sol
.

remedios. a écrit:
Tiens on a été repéré!! Ca me rappelle une piece ou les spectateurs participaient!! Pas mal non?
Et Rem reprit du popp corn

Arioald a écrit:
( Entracte du Auri Horror Picture Show Laughing Profitez-en pour aller dormir Cool )

IbnZiad a écrit:
Episode 7 : Combat

bon rem vas y je te couvre j'ai un filet ça va la retenir cette folle, le gros est trop lourd pour te courir derrière et le compagnon est à terre, profites en pendant que je combat la fille.

Ibn lança un filet sur la femme et sauta sur la femme avec son sabre...et lui assena avec l'autre bout de son sabre un coup sur la tete qui l'assoma sur place


EDIt c'est l'heure de la priere ici je vais y aller

Tossita a écrit:
Tossita entrea dan le jardin et ce diriga se cacha j'vé atendre que l'gar y parte et me lèsse la fille, elle a lère bone au comba si j'la paye ch'suis sur qu'el va m'suivre

la le vieu voye la scene de l'homme qui tombe cé une tigresse la fille. M'en vé ligoter le gar partere pendent quelle est ocupé

Le boiteux ligotes le gar partere et s'en va ataqué la fille EH toi la tigresse au p'ti tetons, vien voir un homme un vrai

IbnZiad a écrit:
( un dernier post pour la route, vu que je veux pas me battre ce soir je laisse tranquil la femme )

Ibn laissa la femme assomé et vit un homme ligoter un autre homme ( c'est un rassemblement ou quoi ?!) ..... il était content que les quatre ne l'aient pas reconnu et il partit sans demander son reste avant que le vieil homme ne le reconnaisse



a demain pour d'autre commentaires

remedios. a écrit:
Remedios voyant tout le monde se ligoter mais surtout les bon popp corn partir, sauta de la branche de l'autre coté de l'arbre par rapport a la scene et rentra chez elle en se disant qu'elle serait heureuse de voir la suite le lendemain

Tossita a écrit:
Le boiteux avanca vers la fille, vie une hombre ce sauver cé sa sauv toi p'ti ta rien affaire la, cé entre moi et cete sal garce

Tossita çaproche da la fille et la regarde avéc maipri
ergh!! aussi lède que son clebard je m'ne vé dormir moi

Le boiteux ce retourne et rentre dormir dan sa bicoque en parlent seul tsss plus personne y ve joué avec bibi

Anonymous a écrit:
Le borgne qui revait de jolie fleur qui etait en train de bruler , se reveilla appercevant avec ses yeux mis clos , du sang , des gens mais pas de feu
Devant tout ce sang , il sortit un de ses vieux couteau de boucher qu'il avait pris soin de mettre dans son manteau avant de partir de la taverne

Devant il y avait les deux habitué de la bagarre en train de s'insulté de tout les noms et se jetté des poignards . Et un derriere un ptit inconnu a l'air pervers . Le borgne se leva et regarda les deux accolite

Ooo vous deux , arretter de vous battre sa va rameutez le village et les gardes .

Puis tant qu'on y est , il est ou le feu hein ?


Il mit une main le long de sa ceinture et constata que a bourse n'y etait plus
Il prit son hachoir dans une main et se retourna vers le pervers ...

IbnZiad a écrit:
Episode 8 : néant
Les personnages de notre histoire ont surement dû se faire attaquer par des arbres étant petits ou bien encore leur parrents ont dû mourir par cause de trop plein de calin.
Soit!!! dans cet épisode ils veulent essayer de bruler le jardin. (Moi personnellement si j'étais méchant j'aurais brulé le poste de police ou la caserne pour mettre vraiment la pagaille, mais bon...)

_________________
Tu vois Ibn, je la mets déjà ici, ma breloque^^, merci mon cœur pour cette bannière Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://aurillac-renaissant.actifforum.com
Antonia
Déesse du flood
Déesse du flood
avatar

Nombre de messages : 1029
Age : 33
Localisation : Aurillac
Date d'inscription : 14/10/2005

Feuille de personnage
Niveau: 3

MessageSujet: Re: [RP] Le calino-jardin d'Aurillac - renaissance   Mar 4 Sep - 22:57

Soso_Rosa a écrit:
(Mais qu'est-ce que c'est que ça?? Shocked )

poppline a écrit:
Se promène.......d'humeur romantique.......penseuse.......se balade entre les arbres......les fleurs......les oiseaux......et les couples..........

remedios. a écrit:
Remedios arriva au calino jardin et constata que le calme était revenu.
Elle s'y promena donc un moment en pensant a son cheri qui n'allait pas tarder a revenir. Le temps lui avait semblé si long en son absence!!!
Demain au pire il serait de nouveau a ses cotés et ils pourraient enfin se promener main dans la main dans ce si bel endroit.
Elle sourit a cette pensée et alla vite se coucher pour que le moment de leurs retrovailles arrive plus vite.

IbnZiad a écrit:
Une douce brise soufflait sur le jardin, mon âme se posa sur un arbre...et tel un aigle je scrutais l'horizon en ésperant pouvoir apercevoir le visage d'une personne que je connais mais rien...mes amis sont absents, peut-être sont-il en train de dormir ? je le saurais bientôt...

remedios. a écrit:
Remedios prit le chemin du jardin. C'etait l'endroit qui lui avait manqué le plus pendant son séjour a Murat. Elle s'y promena donc longuement et respira a fond l'air frais et reposant qui y regnait. Chaque pas la ressourcait et elle était heureuse. Elle repensa aux gens qu'elle avait rencontrés si sympathiques et accueillants. Elle espérait les revoir prochainement. Mais elle était ravie de son retour car elle avait retrouvé ses amis en tav et y avait passé un bon moment. Mais le jour se levait deja et il fallait aller dormir. Elle prit donc le chemin de sa maison, de leur maison, et rentra dormir un pu sourire aux levres.

Soso_Rosa a écrit:
Rosa avait besoin d'être seule... Juste un moment pour penser... À quelque chose, à quelqu'un... Qui lui manquait; qui lui manquait tellement...
Elle alla donc au Calino et grimpa le haut d'un arbre, puis observa les gens aux alentours...

zebracoq a écrit:
Cela faisait longtemps que Zebracoq ne s’était pas promené dans le Calino Jardin. La Lune se reflétait dans la Jordane, Assis au bord de la rivière, il se remémora ses derniers jours passés.
Remedios lui manquait tellement. Il avait bien essayé de mettre un peu d’animation dans le concours de Miss Aurillac, histoire de s’occuper durant ces longues nuits, mais apparemment pas grand monde ne voulait jouer à jouer le jeu de la contestation. Il regrettait que les Aurillacois ne soient pas adeptes des plaidoiries et des débats animés. Des pours ou des contres. Des sans avis, mais émettant tout de même une opinion. Zebracoq aurait aimé rencontrer Clo pour lui faire part de sa démarche, mais ses voyages incessants entre Murat et Aurillac ne lui en avaient pas donné la possibilité.
Zebra lança un caillou qui ricocha sur l’eau. Des grenouilles sur l’autre rive se mirent à croasser un bref instant. Il entendit des pas au loin. Certainement la ronde des Maréchaux qui parcouraient la cité. L’ordre devait régner. Au moindre faux pas, l’indocile villageois devait être remis dans le droit chemin, et la Maréchaussée veillait.
Zebracoq repris son chemin dans le parc en direction de leur maison. Au passage, il caressa les oliviers, s’arrêtant quelques instants pour respirer leur senteur. Histoire d’oublier. D’oublier que sa Rem ne serait pas là à son réveil.

cloclo a écrit:
Un oiseau survola le Calino-jardin... La lune n'éclairant que fort peu le paysage ce soir-là, l'on ne distinguait que fort mal s'il s'agissait d'un pigeon ou d'un oiseau nocturne...
Il se posa sur la plus haute branche de l'arbre le plus haut...
Il regarda les allées qui semblaient n'avoir point été foulées récemment, hocha la tête puis s'envola.


Æternitæ a écrit:
Æternitæ arriva en courant dans le calino-jardin avec Antonia dans les bras.
Du pont sur la Jordane, il prit un dernier élan, sauta, et atterrit dans le jardin en criant :


Banzaïïïïïïïïïïï !

Ayant atterri, il observa autour de lui, les oreilles aux aguets, le regard précis et guerrier ...

Tout va bien mon coeur, je crois que nous ne craignons rien !

Il la reposa alors sur la pelouse fraîche et parfumée, au-dessus de laquelle quelques papillons voletaient de-ci de-là, de fleurs en fleurs, en quête d'un dernier partenaire avant de s'éteindre en même temps que le jour finissant ...

La Jordane, en éternellement jeune femme, faisait entendre son doux chant hypnotique, baignant le calino-jardin d'une douce fraîcheur qui se mariait aux couleurs chaudes du soleil couchant pour inspirer le rêve et la nostalgie aux âmes les plus dures. Ce lieu était magique.

Une larme glissa le long de la joue d'Æternitæ.


Mon amour ... cet endroit est si beau ...

Antonia a écrit:
Tout va bien mon coeur, je crois que nous ne craignons rien !

Non ça va, on dirait qu'il n'y a personne en plus.

Elle fixa Æt, il était en train de changer de tête, il était très bizarre, regardant tout autour de lui. Ne comprenant pas trop ce qui lui arrivait, elle s'inquièta, elle allait parler lorsqu'une larme perla sur son visage.

Mon amour ... cet endroit est si beau ...

Elle lui sourit, essuya la larme sur sa joue, l'embrassa.

Et bien mon coeur, tu es intoxiqué on dirait, pourtant moi ça va, enfin je crois.

Elle s'arrêta un instant, regarda tout autour d'elle, non elle se sentait toujours bien, il est vrai que ce n'était pas la première fois qu'elle venait, l'intoxication devait être moins forte.

Pendant un instant, elle eut l'envie de profiter de l'intoxication de son amour, mais elle chassa tant bien que mal cette idée, ce ne serait pas correcte.

Æternitæ a écrit:
Æternitæ et Antonia marchaient, main dans la main, dans le calino-jardin. Les grenouilles sautaient vers la Jordane en croassant au fur et à mesure de leur progression.

Et bien mon coeur, tu es intoxiqué on dirait, pourtant moi ça va, enfin je crois.

Intoxiqué ? Tu crois ? Shocked
Il y a un antidote j'espère !


A peine eut-il prononcé ces mots qu'il ne put résister à une irrépressible envie de l'embrasser. Il s'arrêta.

*Schprouitchhhhhh*

Il regarda sous sa botte ... Il venait d'écraser une grenouille. :?
Il fit comme si de rien n'était, et prit son ananas dans ses bras, approchant ses lèvres des siennes...

Antonia a écrit:
Intoxiqué ? Tu crois ?
Il y a un antidote j'espère !


Au même moment, il s'arrêta, la prit dans ses bras pour l'embrasser. Elle savait pertinament qu'il était intoxiqué, qu'elle devait lui dire que le seul antidote qu'il devait y avoir était de sortir du calino. Mais elle était dans ses bras, il était sur le point de l'embrasser et elle n'avait pas du tout envie d'interrompre ce moment.

Tant pis, elle lui avouerait tout plus tard, mais elle ne put résister et l'embrassa.


Un antidote? Oh mon coeur je n'en ai pas la moindre idée.

Æternitæ a écrit:
Æternitæ s'abandonna à un long et langoureux baiser ...

Après des secondes qui paraissaient des heures tant elles étaient chargées d'émotions, Antonia le regarda et lui répondit :


Un antidote? Oh mon coeur je n'en ai pas la moindre idée.

Ah, mince :?
Bon, ben on verra bien. Au pire, j'irai faire un tour sur la gargote...


Continuant leur promenade, il sortit de sa poche une pomme prélevée au verger juste avant.
Il en proposa une bouchée à son amour, puis la termina. Il jeta le trognon en l'air derrière lui ...


*Paf ... Fiiizzzzzzz .... Schtong !*

Il se retourna discrètement pour voir un écureuil tomber d'un arbre, après avoir été percuté par le trognon de pomme ...
Il parla pour essayer de cacher sa bévue à Anna.


Ce lieu est vraiment florissant de vie.
C'est si bon de se promener au milieu de cette nature luxuriante, nous ramenant à notre juste position dans le monde : deux êtres parmi tant d'autres.
Mais deux êtres qui s'aiment ...
ajouta-t-il en plongeant son regard dans celui de son amour.

Antonia a écrit:
Ah, mince :?
Bon, ben on verra bien. Au pire, j'irai faire un tour sur la gargote...


Oui, non mais tu sais, ce n'est pas urgent non plus. On trouvera bien un antidote plus tard, pour le moment on se promène.

Elle lui sourit, en espérant qu'il ne se doute de rien, oui elle en profitait et en profitait même beaucoup.

L'air de rien, elle croqua dans la pomme qu'il lui tendit, puis entendit un bruit bizarre, elle allait tourner la tête pour regarder ce qu'il se passait quand:


Ce lieu est vraiment florissant de vie.
C'est si bon de se promener au milieu de cette nature luxuriante, nous ramenant à notre juste position dans le monde : deux êtres parmi tant d'autres.
Mais deux êtres qui s'aiment ...


Lui sourit, il était vraiment très intoxiqué, mais tant pis, elle mourait d'envie de l'embrasser, alors elle s'arrêta et l'embrassa à nouveau.

_________________
Tu vois Ibn, je la mets déjà ici, ma breloque^^, merci mon cœur pour cette bannière Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://aurillac-renaissant.actifforum.com
Antonia
Déesse du flood
Déesse du flood
avatar

Nombre de messages : 1029
Age : 33
Localisation : Aurillac
Date d'inscription : 14/10/2005

Feuille de personnage
Niveau: 3

MessageSujet: Re: [RP] Le calino-jardin d'Aurillac - renaissance   Mar 4 Sep - 22:59

Æternitæ a écrit:
Une fois encore Æternitæ profita longuement de ce baiser ...

Il se pencha ensuite pour cueillir quelques fleurs.

*Schcrouitch*

Il s'essuya la main sur ses braies pour se débarrasser des restes du papillon qu'il venait de broyer, et présenta son bouquet de fleurs, avec les racines, à Antonia.

Arf...
Regarde ces fleurs mon amour.
Elles ont lentement poussé, puisant leur beauté dans la terre de ce jardin et leur vigueur dans l'eau de la Jordane.
Comme toi, elles sont un hymne à la vie et à la beauté !


Au moment ou il prononçait ces paroles, les fleurs piquèrent du nez perdant leur beauté en même temps que leur vigueur, ne présentant à Antonia qu'un ramassis de pétales fanés.

Antonia a écrit:
Le regarde s'essuyer sa main sur ses braies se demandant bien pourquoi.

Euh tu fais quoi? Pourquoi tu t'essuie la main?

Mais il changea bien vite de sujet, sans répondre à sa question.

Arf...
Regarde ces fleurs mon amour.
Elles ont lentement poussé, puisant leur beauté dans la terre de ce jardin et leur vigueur dans l'eau de la Jordane.
Comme toi, elles sont un hymne à la vie et à la beauté !


Puis les fleurs se fanèrent, elle rit.

Ah oui, là c'est sûr qu'elles me correspondent bien. Laughing

Æternitæ a écrit:
Ah oui, là c'est sûr qu'elles me correspondent bien. Laughing

Boarf... Embarassed
Presque comme toi, seulement ...
Ta beauté est inégalable mon coeur, et elle est éternelle.
Elles se sont fanées parce qu'elles ne peuvent supporter la comparaison.


Il les jeta dans la Jordane, les regardant flotter ...

Vois comme ces fleurs vont transporter l'amour qu'elles symbolisent au loin, parcourant des lieues et des lieues pour annoncer au monde entier comme je t'aime ...

Les fleurs parcoururent 5 mètres avant de venir s'échouer parmi les branches dans un coude de la rivière ...

Grumpf...
Mais point n'est besoin de fleurs pour t'avouer comme je t'aime, et l'avouer au monde entier comme un souffle d'amour porté par le vent sème les graines du bonheur pour quiconque est prêt à les recevoir ...

Atchhaaaaaaa

Pardon mon coeur, ce sont les pollens, ou bien ce petit vent frais, je ne sais pas Embarassed...


Il tenait toujours Antonia par la main. Il avaient presque atteint l'extrémité Est du calino-jardin.
Il s'arrêta une nouvelle fois, se tourna vers sa fiancée, et l'embrassa une nouvelle fois, espérant que ce baiser-ci dure tout la nuit.

Antonia a écrit:
Vois comme ces fleurs vont transporter l'amour qu'elles symbolisent au loin, parcourant des lieues et des lieues pour annoncer au monde entier comme je t'aime ...


Puis vit les fleurs rester accrochées à des branches, réprima un fou rire, regarda son amour, la mine déconfite et essaya tant bien que mal de garder son sérieux.

Grumpf...
Mais point n'est besoin de fleurs pour t'avouer comme je t'aime, et l'avouer au monde entier comme un souffle d'amour porté par le vent sème les graines du bonheur pour quiconque est prêt à les recevoir ...


Point besoin de fleurs pour te dire comme je t'aime aussi mon coeur...

Mais elle fut interrompue par un éternuement, pouffa de rire et avant même qu'elle ne se rendit compte de quoique ce soit, il l'embrassait longuement et amoureusement. Un baiser auquel elle n'avait pas envie de mettre fin.

Après un très long moment, qu'elle ne vit pas s'écouler, elle s'arrêta se souvenant de l'intoxication et qu'elle n'avait pas le droit de le laisser ainsi.


Mon coeur, nous devrions peut-être poursuivre notre promenade qu'en dis-tu?

Æternitæ a écrit:
Le baiser dura ... longtemps ... longtemps ... longtemps ... après que les poètes ont disparu ...
Mais pas assez longtemps, cependant. Antonia se détacha finalement de lui


*Schplok*

puis le regarda, avant de dire : Mon coeur, nous devrions peut-être poursuivre notre promenade qu'en dis-tu?


Grumpf ... Crying or Very sad
Bon, oui tu as peut-être raison, poursuivons notre promenade Very Happy
D'ailleurs je vois déjà la maison de Parcxino, nous n'avons plus qu'à en faire le tour pour arriver dans la forêt de cris.


Il pris la main de son Ananas et se mis à courir dans la prairie en jetant des pétales de fleur en l'air, et ils s'éloignèrent en direction de la forêt des cris.

_________________
Tu vois Ibn, je la mets déjà ici, ma breloque^^, merci mon cœur pour cette bannière Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://aurillac-renaissant.actifforum.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [RP] Le calino-jardin d'Aurillac - renaissance   

Revenir en haut Aller en bas
 
[RP] Le calino-jardin d'Aurillac - renaissance
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» La furie arrive au Jardin radieux (Libre)
» [ HORDE] Le Jardin des Cinaedes
» La catapulte au début... (le jardin perdu du senseï)
» Le Jardin
» Les Carottes au Jardin Fil Santé Jeunes

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Aurillac des Royaumes Renaissants :: Vie du village :: Bibliothèque :: Archives de la halle-
Sauter vers: